Après le Dry January, parlons sobriété et flexibilité pour 2024

img article retrouvez les fonctionnalités qui ont marque l'application Jooxter en 2022
Accueil » Blog » Flex office » Après le Dry January, parlons sobriété et flexibilité pour 2024

L’année 2024 marque un tournant pour le monde du travail avec un retour accru des collaborateurs au bureau. Cette évolution est motivée par une recherche d’efficacité collective et un désir renouvelé de proximité au sein des équipes. En parallèle, conscientes de l’importance de leur responsabilité sociale et environnementale, les entreprises poursuivent leur effort pour réduire leur empreinte immobilière. Elles cherchent ainsi à équilibrer la réduction des coûts opérationnels avec une diminution significative de leur impact carbone, illustrant l’adoption d’une démarche à la fois pragmatique et éco-responsable dans la gestion de leurs espaces de travail.

Après une période d’adaptation au travail à distance, nombreuses sont les entreprises qui observent un retour progressif de leurs employés au bureau. Selon un sondage réalisé par Slack France et OpinionWay à l’automne 2023, 82% des entreprises françaises ont émis des directives pour encourager ce retour. Ce mouvement n’est pas seulement une réponse à une demande de socialisation et de collaboration accrue entre collègues, mais aussi une occasion pour les entreprises de réaffirmer leur culture et la cohésion des équipes.

Deux jeunes startupers assis table dans espace coworking parlent projet équipe examinent informations fille assis rebord fenêtre se prépare pour examens

Réduction de l'empreinte immobilière : une priorité

De plus, dans un contexte où la responsabilité environnementale occupe une place centrale, les entreprises cherchent à réduire leur empreinte carbone. La gestion de l’espace de travail devient donc un levier stratégique pour atteindre ces objectifs. Fermer des bâtiments inutilisés, comme l’a fait la Société Générale durant la dernière semaine de l’année 2023, en est un parfait exemple. En diminuant la surface active de leurs bureaux, les entreprises peuvent significativement réduire leurs dépenses énergétiques et leur impact sur l’environnement.

L'engagement des collaborateurs : un levier essentiel

L’efficacité d’une politique de réduction de l’empreinte immobilière repose grandement sur l’adhésion des collaborateurs. En tant qu’acteurs principaux de l’utilisation des espaces de travail, leur acceptation et leur engagement envers le flex office et la coordination entre jours de télétravail et jours au bureau sont cruciaux. Une gestion sobre des espaces n’est possible que lorsque les employés adoptent et valorisent ces nouvelles formes d’organisation du travail, contribuant ainsi activement à l’effort collectif de l’entreprise vers une plus grande durabilité.

L'exemple de la Société Générale

La Société Générale a brillamment illustré cette tendance en fermant 73 000m² de bureaux répartis sur 5 sites durant la période de Noël et en rapatriant les collaborateurs sur d’autres sites restés ouverts. Ceci a permis une diminution significative de la consommation énergétique et l’empreinte carbone. Cette initiative, loin d’être une mesure isolée, reflète une stratégie réfléchie et coordonnée impliquant tous les collaborateurs et l’entreprise et ses partenaires. C’est un bel exemple de ce qu’une gestion dynamique de l’espace peut permettre d’accomplir en termes d’économies d’énergie et d’engagement « éco-responsable » des collaborateurs.

Image webinar 7 page actualités

Vers une gestion dynamique et intelligente de l'occupation

Les solutions technologiques se révèlent être une aide précieuse pour les entreprises. Jooxter, par exemple, propose des capteurs qui permettent de mesurer l’occupation effective des espaces et alimenter ainsi des algorithmes d’intelligence artificielle.  Les cas d’usage sont nombreux comme par exemple l’optimisation en continu des réservations de salles de réunion, des parking ou encore de bornes électriques, la régulation la gestion technique du bâtiment (GTB) et également tous les services du bâtiments. Ces innovations permettent non seulement une utilisation plus efficace des ressources mais aussi une adaptation proactive aux besoins dynamiques des employés et de l’entreprise.

Conclusion

La tendance de 2024 dans le domaine du travail et de la gestion des espaces professionnels sera étroitement liée à la stratégie RSE des entreprises. Le retour au bureau et la réduction de l’empreinte immobilière ne sont pas seulement des questions d’efficacité ou d’économie, mais aussi des enjeux de responsabilité sociale et environnementale. Les entreprises, en adaptant leurs pratiques et en s’équipant des outils adaptés, contribuent à un avenir plus durable, où l’équilibre entre les besoins des collaborateurs et le respect de l’environnement devient une priorité essentielle pour la réussite à long terme.